Plan pour un Nouvel Avenir - 05

From Translate NVC
Jump to navigation Jump to search
This page is a translated version of the page NF Plan Bulletin - 05 and the translation is 98% complete.
Other languages:
English • ‎français

Le rôle du conseil d'administration dans une organisation auto-gérée

Le Plan pour un Nouvel Avenir

Le nouveau plan pour l'avenir (plan NF) demande que le Centre de communication non violente (CNVC) évolue pour devenir une organisation (NVC-O) organisée de manière nouvelle, offrant la possibilité d'en faire davantage, au service de la communauté de la CNV et élargir la vision de ce que la CNV peut apporter au monde. Ce bulletin explique comment ces nouveaux modes d’organisation affecteront le conseil d’administration du CNVC.


Passage à l'autogestion

Les organisations traditionnelles à but non lucratif s'appuient sur un conseil d'administration dirigeant et surveillant un directeur exécutif qui dirige et surveille des «gestionnaires» qui dirigent et surveillent des «travailleurs» (dans une petite organisation, les rôles intermédiaires tels que les "gestionnaires" peuvent être absents).

Le plan NF demande que la nouvelle organisation dans laquelle évolue le CNVC, la NVC-O, soit gérée de manière autonome.

Dans ce modèle, des groupes de travail autogérés (appelés mailles) effectuent le travail de l'organisation, en se coordonnant les uns avec les autres selon les besoins. Il n'y a pas de limites au nombre de mailles ou au nombre de personnes (partenaires) pouvant servir dans ces mailles. Les partenaires et les mailles sont habilités à prendre des décisions sans canaliser ces décisions à travers un groupe centralisé tel que le Conseil. En conséquence, la capacité de l’organisation à s’attaquer à des questions importantes devrait être beaucoup plus grande qu’elle ne l’a été avec l’ancienne conception organisationnelle.

Ceux qui sont habitués à un mode d'organisation plus traditionnel peuvent être challengés à l’idée de comment cette conception pourrait fonctionner. Pourtant, Frédéric Laloux

a identifié des entreprises performantes qui démontrent que cette façon de faire peut fonctionner et fonctionne, et présente de nombreux avantages. Ce fut une source d'inspiration importante pour de nombreuses personnes qui ont travaillé au Plan pour un Nouvel avenir.

Le NF Plan Bulletin n ° 2 a examiné certains des mécanismes prévus pour soutenir un travail autogéré au sein de la CNV-O.


Rôle du conseil dans une organisation autogérée

Dans une petite organisation, il est fréquent que le Conseil soit le lieu où toute décision compliquée ou importante est prise (ou «tombe aux oubliettes» et n'est pas décidée).

Selon les principes de l'autogestion

, qui sont au cœur de la manière dont le plan NF appelle le CNVC / NVC-O à fonctionner à l'avenir, il existe d'autres endroits plus appropriés pour la plupart des décisions à prendre. Il serait contraire aux principes de cette approche de canaliser des décisions importantes dans un groupe spécifique.

Dans le paradigme de l'autogestion, le rôle d'un conseil d'administration n'est pas de prendre les décisions importantes au nom de l'organisation, mais de manager les autres à prendre des décisions en accord avec les principes de l'autogestion. Pour soutenir la transition vers ce modèle, il est important et utile d’examiner toutes les décisions qu’un conseil prend traditionnellement ou voudrait prendre, et de se demander qui pourrait être bien placé pour prendre cette décision. Les personnes bien placées seront celles qui mettront en œuvre la décision ou qui verront le plus facilement ses effets. S’il n’y en a pas, cela pourrait renseigner le Conseil sur l’invitation à créer un nouveau système. Il est essentiel pour la philosophie de l'autogestion que la prise de décision concernant les questions les plus importantes soit décentralisée, de sorte que tout le monde ait pleinement accès à la participation aux décisions importantes.

Les organisations à but lucratif et sans but lucratif constituées en société ont un Conseil d'administration, car il s'agit d'une exigence légale. Le Conseil d'Administration est responsable de veiller à ce que l'entité juridique soit gérée avec prudence et respecte ses objectifs et les lois et réglementations applicables. Cependant, il existe différentes options quant à la façon dont un Conseil d'Administration veille à prendre ses responsabilités.

Traditionnellement, un Conseil d'Administration occupe une position au sommet d'une hiérarchie décisionnelle et de pouvoir. Il décide de ce que les membres de l'organisation doivent faire et les tient pour « responsables» avec des conséquences si le travail n'est pas effectué conformément aux instructions ou ne répond pas aux attentes. Cette conception exprime diverses hypothèses concernant les personnes et la meilleure façon de travailler. Cela suppose que les personnes au sommet, parce qu’elles sont en fin de compte responsables, connaissent le mieux les choses, toutes les autres n’étant pas fiables pour une prise de décision et devant être surveillées et corrigées.

L'étude de Frédéric Laloux

sur les organisations autogérées suggère que cette approche traditionnelle, qu'il appelle «commandement et contrôle», est souvent beaucoup moins efficace ou nécessaire que ce que les gens imaginent. Cela gaspille une énergie considérable et empêche les membres de l'organisation d'assumer pleinement leurs responsabilités, en exigeant que quelques personnes soient "responsables" des autres et portent la "responsabilité ultime".

En revanche, les organisations autogérées invitent, font confiance et aident chacun à assumer l'entière responsabilité de prendre soin de l'organisation et de ses objectifs. Lorsque les membres d'une organisation ont cette chance et bénéficient de conditions favorables, il s'avère qu'ils sont parfaitement capables de le faire. Laloux a constaté que la confiance et la pleine responsabilité vis-à-vis de chacun se traduisent généralement par une meilleure prise en charge de l’organisation que lorsque la confiance et la responsabilité ne sont accordées qu’à ceux qui se trouvent au sommet d’une hiérarchie.

Sur la base de ces principes, il est essentiel que le Conseil d’une organisation autogérée (ou une organisation en transition vers l’autogestion) prenne soin de l’organisation en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour que le système d’autogestion soit solide et fonctionnel. Cela pourrait impliquer des modifications juridiques structurelles permettant à davantage de personnes d'agir sur et de prendre des décisions, en fournissant autant d'informations pertinentes que possible sur les systèmes ou conditions actuels, de telle sorte que les membres de l'organisation puissent prendre des décisions éclairées et résoudre les problèmes que ceux qui n'ont pas participé aux prises de décision avant pourraient ne pas connaître.En ce qui concerne la plupart des questions, les décisions du Conseil, au lieu d’encourager les autres à prendre des décisions judicieuses, risquent de compromettre l’objectif d’une saine autogestion. Donc, paradoxalement, s’abstenir de prendre des décisions et résister à l’habitude ou à la pression de revendiquer la responsabilité et l’autorité exclusive en tant que Conseil constitue une pratique profonde grâce à laquelle le Conseil d’une organisation autogérée va cultiver le bien-être de l’organisation.

Dans ce modèle, le rôle d'un membre du Conseil d'Administration est principalement celui de mentor et de conseiller, plus que de décideur. Le Conseil veille toujours à ce que les responsabilités juridiques d’un Conseil soient prises en compte. Cependant, cela se fait principalement en veillant à ce que les autres comprennent et répondent aux besoins en jeu. Ce changement dans la définition du rôle ne réduit en rien la possibilité d’être un décideur. Cela signifie simplement que ceux qui sont attirés par la prise de décision seront naturellement amenés à assumer d'autres rôles, où ils seront plus proches des effets des décisions qu'ils prennent. La qualification idéale pour un membre du Conseil d'Administration est d'être profondément inspiré et compétent pour aider l'organisation à s'autogérer.

Un passage à l'autogestion amène de plus en plus de personnes à partager le travail consistant à être responsable de l'organisation, à partager plus de pouvoir et à donner plus de possibilités aux personnes d'influencer les décisions clés.


Changer les relations entre les diverses parties

Relating.png

L'évolution du CNVC en NVC-O implique un changement de paradigme en ce qui concerne l'organisation des choses.

Ces dernières années, le conseil d'administration du CNVC a tenté de soutenir un certain degré d'autogestion pour le personnel du CNVC. Cependant, l'organisation a continué à être structurée d'une manière typique des organisations utilisant une stratégie de gestion descendante «de commandement et de contrôle» (voir la figure ci-dessus intitulée «Passé»):

  • Le conseil a finalement été considéré comme "responsable".
  • Le conseil a choisi ses propres membres.
  • Le conseil d'administration a gouverné l'entité juridique du CNVC.
  • L’entité juridique du CNVC a apporté du soutien à l’organisation du CNVC.
  • Au besoin, le Conseil d'Administration s’est occupé de l'organisation du CNVC.

Cette conception conférait énormément de responsabilités et de pouvoirs aux membres du Conseil. Le Conseil était généralement composé d’un petit groupe de bénévoles à temps partiel. Étant donné que la plupart des questions importantes devaient être examinées par le Conseil, cela a souvent conduit les membres du Conseil à se sentir submergés. Il y a eu des limitations sévères à l'attention que le Conseil a pu accorder à l'écoute des personnes extérieures au Conseil et au nombre de questions à traiter.

La nouvelle conception organisationnelle modifie la relation entre le Conseil et l’organisation, afin de s’aligner sur la philosophie de l’autogestion (voir la figure ci-dessus intitulée «Avenir»):

  • Les partenaires qui composent l’organisation seront en fin de compte «responsables».
  • Par l’intermédiaire des partenaires, l’organisation s’autogère.
  • Les partenaires de l’organisation sélectionneront les membres du Conseil. (Notez que le plan de transition demande aux membres du Conseil d'Administration du CNVC et au personnel du CNVC de devenir des partenaires et d'influencer ainsi la sélection du Conseil.)
  • Le conseil, conformément à ses responsabilités légales, assistera l’entité juridique du CNVC (et conseillera l’organisation).
  • L'entité juridique du CNVC soutiendra l'organisation, qui pourrait être considérée comme NVC-O ou CNVC. (Voir le bulletin NF n ° 4 pour savoir en quoi ils se ressemblent.)

Cette conception déplace la responsabilité d'être les «décideurs ultimes» à l'extérieur du Conseil. Cela élimine le goulot d'étranglement qui a souvent limité la prise de décision dans le passé et pourrait apporter une aide considérable au submergement qui arrive parfois quand la majorité des responsabilités repose sur quelques personnes seulement.


Détails juridiques de la transition vers l'autogestion et l'élargissement de la prise de décision au CNVC

La loi américaine soutient la structuration des organisations à but non lucratif pour l’autogestion, parce que les sociétés sans but lucratif comme le CNVC ont la possibilité d’être des organisations de membres. Dans une organisation de membres, les membres sont, à des degrés divers, les décideurs ultimes. Les membres sélectionnent généralement ceux qui siègent au Conseil. Si une organisation permet également aux membres d’être ceux qui peuvent modifier les statuts de la société, les membres deviennent les décideurs ultimes.

Le CNVC est techniquement déjà une organisation de membres, selon les statuts existants du CNVC.

Cependant, personne n'a jamais été légalement membre du CNVC. En raison de l'absence de membres, le conseil d'administration de CNVC a été en mesure d’élire directement d'autres membres du Conseil d'Administration (ou de s’élire à nouveau).

Le plan de transition du CNVC qui a été accepté par les représentants du Conseil dAdministration, du personnel et du Conseil d’Intégration pour un Nouvel Avenir invite les partenaires de la CNV-O à devenir les décideurs ultimes, conformément aux principes de l'autogestion. (Notez que le plan de transition du CNVC appelle les membres du Conseil et du personnel à devenir des partenaires, ils feront donc partie de ceux auquel le modèle donne de l'autorité). Pour ce faire:

  • Les partenaires seront définis comme étant les membres de la société (CNVC).
  • L'adhésion habilitera à élire les membres du Conseil d'Administration et à modifier les statuts.


Représentation du personnel au Conseil

Le plan prévoit qu'un représentant du personnel siège au Conseil d'Administration du CNVC.


Étapes pour mettre en œuvre les changements

Le plan prévoit que les changements se produisent progressivement, un peu à la fois, plutôt que tous en même temps.

  1. Les aspects de l'autogestion devaient commencer au début de la phase de mise en œuvre. Par exemple, il a été convenu que le personnel du CNVC et le Conseil de mise en œuvre prendraient ensemble des décisions concernant un budget commun.
  1. L'alignement structurel devait avoir lieu par le biais du conseil d'administration du CNVC qui a ratifié les modifications aux statuts afin de faire des partenaires les membres du CNVC, les membres étant habilités à sélectionner les membres du Conseil et à modifier les statuts futurs.
  2. L'autogestion devrait apparaître progressivement, avec le soutien et l'encouragement du Conseil d'Administration du CNVC et du Conseil de mise en œuvre.
    1. Les mécanismes permettant de gérer les fonctions organisationnelles de manière autogérée peuvent être mis en oeuvre dès qu’ils sont prêts.
    2. Tout le monde est encouragé à repérer et à saisir les possibilités de prendre des décisions plus autogérées pour s'aligner davantage sur les modes de fonctionnement convenus pour la NVC-O.
    3. Parce qu’il n’y a pas de date où, tout à coup, tout sera transformé en une nouvelle façon de faire, il n’y a aucun risque que les nouveaux systèmes ne soient pas prêts à temps. Toute fonction qui n’a pas encore de mécanisme pour être exécutée d’une manière autogérée peut être effectuée à l'ancienne, jusqu'à ce que la nouvelle voie soit prête.
    4. Tendre vers les possibilités d'évoluer vers la nouvelle manière de faire sera à la fois nécessaire et suffisant pour créer un éventuel alignement complet sur le nouveau modèle.
  1. Les membres du personnel et du Conseil d'Administration du CNVC deviennent des partenaires de transition dans la NVC-O en passant par un processus d'intégration, une fois que ceux qui sont impliqués dans la mise en œuvre de la NVC-O auront préparé le processus d'intégration.
  1. Un représentant du personnel rejoindra le Conseil. Cela pourrait se produire en modifiant les statuts pour refléter cela, ou en établissant un accord entre les partenaires pour qu'un membre du Conseil d'Administration du CNVC soit choisi de cette manière.
  1. Une fois les autres étapes terminées, les statuts du CNVC seront modifiés pour refléter l'organisation autogérée.
    1. L'intention sera de clarifier le nouveau rôle du Conseil et de protéger le Conseil autant que possible des attentes sur lui de gérer l'organisation (plutôt que de se concentrer simplement sur ce qu'il est essentiel de faire et d'encourager les autres à prendre des décisions chaque fois que possible).
    2. Ces changements aux statuts se produiront après que les fonctions essentielles du CNVC auront été transférées à l'autogestion, et que les membres du personnel et du Conseil d'Administration seront devenus des partenaires de transition.


Conclusion

En résumé, le conseil du CNVC sera concerné par le plan NF comme suit:

  1. Le travail du Conseil sera davantage axé sur le mentorat et moins axé sur la prise de décision. Il sera essentiel de se réorienter vers l’autogestion en encourageant les autres à prendre des décisions chaque fois que possible.
  2. Au lieu que le Conseil s’autoélise et gère l’organisation, l’organisation va s’autogérer et élire le Conseil. Cela créera un alignement entre la structure de l'organisation et les principes de l'autogestion.
  1. Un représentant du personnel siégera au Conseil d'Administration du CNVC.

Le changement se fera progressivement, différents changements se produisant à différents moments. Il n’y aura pas de changements soudains et importants à faire en même temps.